Nucléaire, obligatoire ou bombe a retardement?

Nucléaire, obligatoire ou bombe a retardement?

Rappel sur les centrales nucléaires

En 1945, le Général de Gaulle crée le Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Cet organisme doit mettre en oeuvre les programmes de recherche liés au nucléaire.C’est 10 ans plus tard que le 1er réacteur nucléaire, utilisant de l’uranium naturel, fut mis en service à Marcoule. Ce premier réacteur était principalement destiné à produire du plutonium.

C’est l’entreprise EDF qui a été chargée de mettre en place le programme électronucléaire français en 1957. Pompidou a décidé d’abandonner la technologie utilisée par la CEA afin de choisir la filière à uranium enrichi et à refroidissement par eau pressurisée (développé par Westinghouse).

En octobre 1973, la guerre Kippour (choc pétrolier) accélère  l’engouement pour le nucléaire. Un programme de construction de 54 réacteurs est lancé.

Pourquoi sortir du nucléaire?

En effet, des incidents graves ont eu lieu sur la surface du globe: Tchernobyl ou à Fukushima.

Ce risque d’incident peut être considéré comme une faible probabilité. Pouvons-nous considérer qu’il est nul? Et que les conséquences ne seraient pas un véritable désastre?

Actualité (juin 2017):

Pourtant, il suffit de taper nucléaire sur un moteur de recherche pour constater que sur ces deux derniers jours le nucléaire est bien d’actualité:

  • Cyberattaques mondiales : la centrale nucléaire de Tchernobyl touchée (article du 27/06/2017 ici). Ces attaques ont forcé les techniciens de la centrale à mesurer la radioactivité avec des compteurs Geiger ne pouvant plus utiliser les moyens informatiques.
  • Anomalies détectées dans huit centrales nucléaires (article du 21/06/2017 ici), l’autorité de sûreté nucléaire exige des réparations rapides.

  • Chaîne humaine  de 90km pour la fermeture de centrales nucléaires belges, 50 000 Allemands, Néerlandais et Belges ont exigé la fermeture immédiate de deux réacteurs nucléaires. La chaîne devait relier la centrale de Tihange (est de la Belgique) à la ville allemande d’Aix-la-Chapelle, en passant par Liège (Belgique) et Maastricht aux Pays-Bas. (article du 25/06/2017 ici)
  • Ain: nouvel incident à la centrale du Bugey ( article du 29/06/2017 ici)

    “Les incidents s’enchaînent à la centrale du Bugey (Ain), plus vieille centrale nucléaire de France après celle de FessenheimDix jours seulement après un incendie qui s’est déclaré sur la toiture d’un bâtiment de la tranche numéro 5, les équipes de l’établissement ont dû faire face à un nouvel incident ce jeudi.”

 

Est-ce aux experts ou lobbys du nucléaire de décider si la centrale à X km de chez vous doit continuer à être en production? Ou devons-nous avoir un processus démocratique?

De plus, la dernière mine d’uranium française a été fermée en 2001. La totalité de la consommation vient du Niger, du Canada ou de Namibie…

Effectivement, les statistiques officielles donnant notre indépendance énergétique ne prennent pas en compte la provenance de l’uranium, si on prends en compte cette information, on passe donc de 50% à moins de 10% (Site de la commission énergie).

Est-ce vraiment possible de planifier une sortie du nucléaire?

À vrai dire d’autres pays sont “en marche”(expression devenue difficile à prononcer):

arret du nucléaire

Enfin, il faut l’avouer, pour l’Autriche, ce n’est pas compliqué, la seule centrale était un prototype…

Pour information, les accidents répertoriés sur cette chronologie sont uniquement les plus graves.

Et en France?

Le scénario NégaWatt 2017-2050 rendu public le 25 janvier 2017 affirme qu’il est possible (et souhaitable) de passer au 100% renouvelable d’ici 2050.

Un changement radical qui nous implique et qui induit un changement de nos modes consommation semble nécessaire.

Les 12 points du scénario NégaWatt

Voir le .pdf ici

  • Un phénomène structurel de baisse de la courbe de consommation (national et celles contenues dans nos importations)
  • Sobriété et l’efficacité =  suppression du gaspillage. Tout en maintenant un haut niveau de service, le scénario prévoit une baisse de 50% de la consommation. Ceci est réalisable grâce à une maîtrise du dimensionnement de nos installations, du nombre et de l’usage de nos équipements et au développement d’une mobilité “servicielle”.
  • 100% renouvelable d’ici 2050 grâce à la biomasse solide, suivie de l’éolien puis le photovoltaïque puis du biogaz.
  • Zéro émission de carbone en 2050. Pour cela les “puits de carbone” agricoles et forestiers compensent les émissions principalement dues à l’agriculture.
  • Power-to-Gas : la possibilité de valoriser et de stocker les excédents  d’électricité renouvelable sous forme de méthane de synthèse. Le gaz et l’électricité ne doivent plus être concurrent, mais exercer une complémentarité
  • Triptyque NégaWatt : “sobriété dans la consommation, efficacité des modes de production, utilisation et production de ressources renouvelables”
  • Réorientation des biens de production de l’industrie vers des équipements plus durable.
  • Bénéfices pour la santé et l’environnement
  • Une société plus solidaire et responsable
  • Agir rapidement
  • Le scénario doit rythmer le changement

Réduire les consommations d’énergies

C’est l’une des phases qui demande énormément d’investissements, mais qui est la clé du projet. L’énergie la moins polluante est celle que nous ne consommons pas. Sans revenir à la bougie, il faut viser l’isolation thermique des logements, des transports collectifs, relocaliser l’économie…

 

En Suisse, les électeurs ont approuvé la sortie du nucléaire

Enfin, Les Suisses ont étés consultés par référendum le 21 mai 2017 et près de 60% se sont prononcés pour la sortie du nucléaire.L’énergie nucléaire représente environ un tiers de la consommation du pays.

Cette nouvelle loi est la suite d’un processus engagé après l’accident nucléaire de Fukushima au Japon en 2011.

Selon le gouvernement suisse, le surcoût par foyer est de 40 francs suisses (36.5 euros) par an de plus qu’aujourd’hui.Ce chiffre pourra être compensé dans l’avenir par une meilleure efficacité énergétique (LED, coût de chauffage…).

Mais alors, si c’est possible pourquoi n’en parlons nous jamais? Peut être faut-il s’interessé à ce billet.

La Suisse peut-elle ouvrir le chemin … ?

*humour (si jamais…)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz